Compositeur : Chostakovitch

2 references

Clara Haskil joue Mozart : Concertos pour piano n° 9, 20 et 24

Tah 584/585 - Clara Haskil joue Mozart : Concertos pour piano n° 9, 20 et 24

Mozart : Concertos pour piano n° 9 [deux versions], 20 et 24 - Orchestre du Festival de Prades – Pablo Casals Orchestre National de France – Igor Markevitch Studio-Orchester Beromünster – Hans Schmidt-Isserstedt Orchestre National de France – André Cluytens
Après Knappertsbusch et Schmidt-Isserstedt et avant Scherchen, cet album est le troisième volet de notre edition dédiée à Mozart et comporte trois concertos : les 9e (dans deux interprétations différentes dont l'une avec Pablo Casals), 20e et 24e. Un critique du Merkur Munichois écrivit en mai 1952 que « Clara Haskil fut envoyée sur terre pour jouer Mozart ». Exception faite de Lily Kraus, il est peu de pianistes de réputation mondiale dont le nom reste étroitement lié à Mozart. Appuyée par une discographie abondante, l'association quasi automatique Haskil-Mozart est celle qui s'impose spontanément à l'esprit et prévaut désormais dans la mémoire et l'imaginaire collectifs, quarante-cinq ans après la mort de l'artiste. Karajan déclara un jour : « En l'écoutant jouer un concerto de Mozart, on avait le sentiment que tout était naturellement juste – tempo, nuances, phrasé ».

Date parution : Mai 2006 - Code barre : 3504129058418

Autres références :

Compositeur : Chostakovitch, Mozart
Interprčte : Haskil

Haskil en récital

Tah 430/432 - Haskil en récital

Le présent coffret regroupe trois récitals de Clara Haskil : Hilversum (1952), Château de Ludwigsburg (1953) et Festival d'Edinburgh (1957). L'intérêt du récital de Hilversum réside dans le fait qu'il nous fait découvrir l'unique enregistrement de la sonate n° 37 de Haydn, laissé par la pianiste. Quant au concert de Ludwigsburg, il est publié pour la première fois dans son intégralité.

Ce qu'en dit la presse
« Ces témoignages puisés dans les archives des radios ont une chance de ne pas être perdus voire détruits comme l'ont été tant de documents exceptionnels... La sonate en si bémol de Schubert est jouée au bord des larmes : Richter et Brendel semblent des enfants à coté. » (Diapason)

Note : Diapason d'Or et Choc du Monde de la Musique (Rhabillage des références Tah 291, 362 et 368)

Date parution : N/A - Code barre : 3504129043018

Autres références :

Compositeur : Chostakovitch, Haydn
Interprčte : Haskil

English
Tahra